Fermer

Pas encore membre du blog SGD Tourisme ? C'est très simple ! Inscrivez-vous, et c'est parti !

lock and key

Connectez-vous sur le blog

Informations

Vous avez oublié votre mot de passe ?

Léonce Chabry

Léonce Chabry

Martin Léonce Chabry est un peintre français né à Bordeaux, le 18 avril 1832.

Issu d’un milieu bourgeois aisé, Chabry dit « Léonce », est encouragé par sa famille dans sa vocation artistique et entre à l’Ecole Municipale de Dessin et de Peinture, alors dirigée par le peintre bordelais Jean-Paul Alaux. Grâce à ses contacts et à ses qualités reconnues, Chabry part pour Paris en tant que pensionnaire de la Ville de Bordeaux et en 1854, il entre dans l’atelier de Constant Troyon (1810 – 1865). Pendant deux ans, Chabry fera de fréquents séjours à Barbizon, il y rencontrera Millet, Daubigny, Diaz, Rousseau et peut-être même Courbet avec lequel il aura plus tard l’occasion de travailler en Belgique.


Rochers à St Georges de Didonne
Léonce Chabry
(1878 – Huile sur toile – Musée des Beaux Arts de Bordeaux)

Si Chabry peut être considéré comme un des pères de l’École de Tervueren, grâce ne lui en sera jamais rendue en Belgique, « trop français », curieusement, il souffrira en France d’être trop belge. Un admirateur de la première heure, le critique Camille Lemonnier, fera à ce sujet la constatation suivante : « On ne peut impunément être français en Belgique et belge en France ! »


La vague
Léonce Chabry

(2e moitié 19e siècle – Huile sur toile – Musée des Beaux Arts de Bordeaux)


Léonce Chabry reprend plusieurs fois ce thème de la vague. Entre 1872 et 1880, il représente la région de Saint-Georges-de-Didonne où il a acquis une maison. Chabry, grand admirateur de Courbet, subit son influence : cette mer sombre et menaçante, le ciel mouvant et chargé d’orage, nous les retrouvons dans Mer orageuse dit la Vague de Courbet du Musée d’Orsay ; Chabry n’hésitait pas à traiter plusieurs fois le même sujet.


La Vague de Gustave Courbet, peinture à l’huile, toile, 1869 (Musée d’Orsay)



En 1862, il s’installe à Sauternes, mais continue de participer au salon annuel de Bruxelles comme à celui de Bordeaux. En 1867, le musée de Bordeaux lui achète une première toile, suivi deux ans plus tard par le Roi des Belges, Léopold II. En 1881, il entreprend un long voyage en Égypte, Palestine, Syrie. Fin juin 1882, s’ouvre à Bruxelles, une exposition personnelle de son voyage en orient. Le Roi des Belges lui achète un second tableau, c’est la consécration. Quelques jours plus tard, le 19 juillet 1882, Léonce Chabry s’éteint à Bruxelles, emporté par une crise d’emphysème.


Orage sur le bassin d’Arcachon
Léonce Chabry

(2e moitié 19e siècle – Huile sur toile)

(source : wikipédia)

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/joconde_fr

 


Leave a comment

*
Share